Home, S'organiser, Vie de freelance

Comptabilité des auto entrepreneur : êtes vous sur d’être au point ?

Tout savoir sur la comptabilité de l'auto entrepreneur

Non mais parce que moi je pensais carrément gérer comme une chef ma compta. J’étais toujours très fière de dire « non mais moi ça va franchement ». L’avantage du statut d’auto-entrepreneur, enfin micro-entrepreneur maintenant, c’est qu’il bénéficie d’une comptabilité simplifiée. En fait c’est un régime social simplifié. Un machin chose qui te donne un statut mais sans le bordel de l’entreprise pure, comme l’obligation de faire appel à un comptable par exemple. Il est bourré d’avantages comme te permettre de te lancer facilement et sans prendre de risque puisque tu ne payes que si tu gagnes des sous (enfin on a quand même quelques charges fixes hein les gars, j’en parle plus bas). Bon, du coup, ce n’est pas impossible à gérer. Moi qui suis de la catégorie « allergique à la paperasse, bonjour, au-revoir, technique de l’autruche » et pourtant je dois avouer que je m’en sors. Oui, enfin, ça c’était jusqu’à ce que je décide de faire le ménage, changer de statut (enfin faire une mise à jour) et mettre le nez dans des documents informatifs pour être sûre de ne pas faire de boulettes…

Le jour où j’ai découvert qu’en fait, je faisais mal

Alors, ce jour, c’était il y a peu, début janvier 2018. La nouvelle loi avec l’énorme mise à jour du statut étant passée, j’ai décidé de mettre le nez dans mon statut car, entre 2012 et 2018, il s’est passé pas mal de choses. Par exemple, mes activités ont totalement changé depuis. Je me suis lancée en tant que styliste photo, donc dans la catégorie « Activité libérale ». Maintenant, le gros de mon activité se met dans la case « commerciale » mais je continue le libéral. Bref, c’est le bordel. Je me suis donc motivée, avec les encouragements des copains qui l’ont fait avant moi « tu peux le faire » « on sera là pour te soutenir ». Et quitte à faire une grosse mise à jour, et, surtout, changer de catégorie, j’y ai vu une belle occasion de me faire une petite lecture palpitante comme jamais : La comptabilité de l’auto-entrepreneur; toutes les obligations comptables, fiscales et sociales du micro-entrepreneur. Un vrai kiffe le matin (oui alors, précision, la première chose que je fais le matin après avoir ouvert les yeux, crié sur DD qui miaoute pour sortir par la porte-fenêtre, c’est lire et souvent ce sont mes livres de développement d’entreprise, histoire de bien me réveiller). Comme j’ai un abonnement Kindle qui me donne accès à une bibliothèque d’ebook sur Amazon, j’ai fouillé un peu le rayon « entreprenariat » et j’ai trouvé cet ebook sur la comptabilité. Je n’ai pas d’excuse pour ne pas le lire, c’est « gratuit ». Je me suis emballée sur le moment « cool une révision ». Han han…révision ?

Tout savoir sur la comptabilité de l'auto entrepreneur

Avant de faire sa comptabilité, encore faut-il savoir comment facturer. Retrouvez mon article « comment fixer ses tarifs quand on est freelance ».

La comptabilité de l’auto-entrepreneur : pas si simple ?

Durant les 72 pages de ce petit ebook, rapide à lire, j’ai découvert que je n’étais pas à jour, que je faisais mal et que j’ignorais quand même pas mal de choses. Ma première découverte, rien de grandiose, mais ça reste intéressant à savoir, est à propos de la CFE. Alors, c’est la cotisation foncière des entreprises (un peu comme la taxe d’habitation pour les particuliers, raccourci express je l’entends bien !). Cette taxe est obligatoire pour tous les auto entrepreneurs. Nous sommes exonéré la première année, ensuite on y passe tous. Elle, n’est pas calculée sur vos revenus comme tous le reste de vos charges. Non, non, non c’est une vraie taxe qui tombe en novembre et qui vous gâche votre Noël (moi elle a failli gâcher mon voyage en Thaïlande en 2016). Bref, je la connais bien et chaque année elle me « libère » de quelques centaines d’euros (miam quand, à l’époque, je clôturais une année à 5000 euros, oui, oui sur 12 mois). Et bien cette taxe n’est pas uniquement calculée sur l’espace que vous déclarez mais, elle est aussi calculée en fonction du lieu. Les communes sont libres de la taxer plus ou moins. C’est dooooonc pour ça que je paye plus que ma copine qui a déclaré un plus grand espace de travail. Hannnnn me voilà soulagée (ou pas parce que je paye quand même cher en fait).

Ça c’était la petite découverte. La vraie grande claque vient du format de ma comptabilité. Bon, déjà, le mythe du « les auto-entrepreneurs n’ont pas à tenir de comptabilité » et bien c’est vraiment un mythe. Nous aussi on doit pouvoir justifier nos revenus les amis. Alors, contrairement à une entreprise, nous n’avons pas obligation de passer par un comptable maiiis on doit quand même se la farcir. Depuis plusieurs années, je fais de jolis petits tableaux bien propres avec tout plein d’infos sur excel. Je suis fière, d’autant plus que je déteste ce logiciel. Chaque année à son tableau avec absolument toutes les infos. Et bim c’était pas comme ça qu’il fallait faire. Nous devons tenir soit un journal de compte-papier soit le faire sur un logiciel officiel. Pourquoi ? Parce qu’il ne doit pas être modifiable. Hors, mon joli tableau excel, je peux le modifier quand je veux. Ce qui parait être un détail est finalement important ! Imaginez le jour d’un contrôle ? (j’en ai pas dormi la nuit suivante).

Ensuite, cette fois c’était de la découverte puisque je n’étais pas sous le statut commercial jusque là, mais celui de l’auto entrepreneur (uniquement en vente de produit) qui doit tenir un journal d’achats. Même si nous ne sommes pas assujettis à la TVA, nous devons quand même justifier nos achats d’entreprise. J’avoue être un peu dépassée par l’intérêt sachant que je ne peux pas déduire ma TVA sur mes achats mais, au moins, ça je le ferai comme il faut dès le départ.

Tout savoir sur la comptabilité de l'auto entrepreneur

Après, j’y ai lu quelques rappels, qui, cette fois, était acquis pour moi comme par exemple le fait de devoir noter une mention précise à propos de la TVA sur nos factures, de notre droit d’appliquer des pénalités de retard à nos clients qui ne nous payent pas à l’heure (oui oui oui si tu rends ton travail à l’heure, tu as le droit d’être payé à l’heure, bon rares sont les bons payeurs…), qu’il ne faut pas cocher la case « versement libératoire », qui permet de payer ses impôts directement au moment où vous payez vos charges sociales, si vous n’êtes pas encore imposable car on ne vous rembourse jamais…

Bref, j’ai trouvé chouette de découvrir et redécouvrir toutes les règles à connaitre, écrites de manières sympathique pour ne pas me faire sombrer dans un ennui mortel et surtout de manière claire pour ne pas me faire sentir complètement nunuche. Bien sûr cet ebook est un résumé, il reprend les grandes lignes. Il existe des livres qui entrent plus en détails, j’en avais d’ailleurs acheté un en 2014 que je vais racheter cette année pour avoir toutes les mises à jour : Le guide pratique du micro-entrepreneur. Bien sûr, il y a le site officiel qui vous donne accès à toutes les informations mais, comme il donne autant envie que d’aller au bridge avec mamie à la maison de retraite…forcément on y passe pas des heures. En résumé, la compta c’est aussi pour nous !

Tout savoir sur la comptabilité de l'auto entrepreneur

 

Infos sur les ouvrages

La comptabilité de l’auto-entrepreneur : toutes les obligations comptables, fiscales et sociales du micro-entrepreneur
Format : Ebook ou version papier
Prix : 6,90 euros (papier) ou dans la bibliothèque Kindle
Pages : 72

Le guide pratique du micro-entrepreneur
Format : Ebook ou papier
Prix : 10,99 euros (ebook) ou 15 euros (papier)
Pages : 261
(plus complet que le premier)

Bon maintenant, il n’y a plus qu’à s’y mettre. Youhou, je suis bien trop impatiente de revoir entièrement ma comptabilité. Pas vous ?

Et vous, quel est votre bête noir en tant qu’indépendant ?