Home, Organisation, Voyage

Journal d’une apprenti backpackeuse #1 L’échec en Thaïlande

journal d'une apprenti backpackeuse : l'echec en thailande

En janvier, c’était mon premier grand départ après avoir décidé de changer de vie. En décembre, j’annonçais à tous mon projet de vivre sans toit au dessus de la tête, sans adresse officielle et même sans argent de côté. Je vous l’ai raconté dans une vidéo faite lors de mon déménagement. J’ai quitté Paris le 28 décembre 2016. Je devais lancer ma toute première collaboration sur Petit Patron (ma marque de patrons de couture) avant le départ. Les patrons sont sortis le 7 janvier. J’ai eu 1 semaine intensive pour assurer la communication. Le dimanche 15 janvier à 23h54, j’étais encore sur mon ordinateur à travailler.

Lundi 16 janvier, 5h du matin, le réveil sonne, la maison s’agite. Sylvain (mon frère), Max et moi sommes tout excités, c’est le départ. Camille (ma sœur) et Romain arrivent à 6h. On part direction la gare de notre petite ville : TER jusque Tourcoing, TGV ouigo jusque l’aéroport Charles de Gaulles, avion direction Zurich et enfin avion direction Bangkok.

Ça fait déjà 5h que l’on est dans notre énorme avion et j’ouvre enfin un guide de voyage.

J’avais bien vaguement feuilleté un autre guide 4 mois avant : 2 fois 10 minutes dans le métro de Paris. Je commence à me demander si ne rien préparer du tout comme nous l’ont conseillé une grande partie de nos proches était une bonne idée… Tant pis, soyons honnête, ces 10 derniers mois j’ai travaillé comme une dingue pour mettre assez de côté pour ce voyage (économies parties en fumée 3 semaines avant le départ à cause de mauvaises surprises d’auto-entrepreneur…). J’étais stressée et excitée à la fois dans mon avion. Je ne savais pas vraiment comment payer ces 3 semaines. Trop honteuse pour l’avouer, seul mon frère était dans la confidence. Je viens de sortir une super série de patrons, je n’ai aucune raison de m’inquiéter. Ça s’est vérifié, je n’ai eu aucuns souci à suivre le rythme du groupe durant la totalité du séjour (ouf).

Astuces visiter bangkok, thailande

Nous arrivons à Bangkok, j’ai quand même bien lu le guide, je suis un peu rassurée. On découvre la ville depuis notre taxi, puis l’hôtel. Il nous a été recommandé par des amis et c’est parfait. C’est parti pour l’aventure. Sylvain et Max avait tout de même repéré les endroits qu’ils avaient envie de voir. Romain, Camille et moi avions décidé de dire « on suit ». Après Bangkok, nous sommes partis en direction de Koh Chang. Ce n’était pas du tout prévu, mais le sud était inondé. C’est l’hôtel de Bangkok qui nous a suggéré Koh Chang. A ce moment, on s’est dit que ne rien préparer nous permet de faire ce choix. Il a fait un temps parfait sur la totalité de notre séjour et on a évité les zones sous l’eau.

Mais après nos 5 jours sur l’île, les choses se sont gâtées.

Sylvain et Max veulent faire Angkor, au Cambodge. Camille, Romain et moi voulons faire Chiang Mai, au nord du pays. On se sépare. On prend un minibus jusque Bangkok (7h), un taxi pour changer d’aéroport (1h) et un avion jusque Chiang Mai. Le soir, on arrive dans un hôtel choisi au hasard. Celui que nous voulions a annulé notre réservation moins de 24h avant notre arrivée. On a eu peur, nous arrivions à 22h dans une ville totalement inconnue et sans aucune expérience du voyage à sac à dos. On a pris le premier hôtel qui passait. Il était grand, avec une piscine, bien situé dans la ville. Sur le papier c’était pas mal. Après une nuit, il était en réalité : ultra bruyant, avec des employés absolument pas sympathiques, un peu miteux et mal fréquenté (coucou les étrangers qui font venir des femmes dans leur chambre sans gêne ni morale). On avait rien préparé sur la ville. J’avais vu qu’il y avait un village sur l’artisanat, on négocie avec un taxi pour y aller, on se retrouve en bordure de la ville dans un affreux préfabriqué pour touristes à regarder en 2 minutes chrono la fabrication de la soie. On est rentré dépités. Le soir, nous sommes partis dans le fameux marché de nuit. On a trouvé un bar à coktails, enchainé les verres pour sourire un peu.

On était déboussolés, fatigués et agacés par notre journée.

Après cette expérience, on a passé chaque soirée du séjour à préparer la journée suivante et à tout faire pour passer un bon moment. Pour moi c’était raté. J’ai eu du mal à tout encaisser : mon changement de vie qui a eu lieu 2 semaines avant, mon accumulation de fatigue liée à mes 10 mois de travail intense, mon changement de continent, nos changements de groupe (on est arrivés à 5 puis on s’est retrouvé à 3 puis Camille et Romain sont rentrés en France, moi j’ai retrouvé une copine puis on a fini par retrouver Sylvain et Max. Le tout en 3 petites semaines). En fait, rien n’était nul ni horrible. Le tout était un peu décevant mais moi j’étais épuisée et je n’encaissais plus rien.

J’ai pleuré de joie dans l’avion du retour. Aujourd’hui, je garde un super souvenir de ce voyage. Car, ce que je n’ai pas raconté dans ce récit, c’est que la grande majorité du temps j’en ai quand même pris plein les yeux. Mais j’étais tellement énervée contre moi de ne pas avoir préparé. J’ai cru que ça le ferait sans rien préparer, j’ai cru que je serais surprise et que ça me suffirait. Et non. Pour les voyageurs expérimentés c’est une évidence. Et c’est là que j’ai commencé à être énervée. J’ai fait une série de vlogs pour raconter mes aventures : 1 vidéo par jour. Du coup, je parle de tout, ce qui me plait et ce qui ne me plait pas. J’ai partagé un peu sur les groupes de voyageurs. Et je me suis prise des « t’es qu’une conne » « putain mais tu sais pas voyager » « non mais tu t’es fait arnaquer comme une grosse débutante » et j’en passe. Et là, j’ai trouvé ça stupide et blessant. Entre ceux qui m’insultent parce que moi je n’ai pas aimé la Thailande. Mais, on ne peut pas tous tout aimer. J’ai adoré certains endroit que beaucoup détestent. Et j’ai aussi lu des commentaires de gens qui me disaient « merci d’oser dire que tu n’aimes pas car je n’ose pas le dire ». Mais dans quel monde sommes nous enfin ? Et puis, les groupes de voyageurs sont une vraie mine d’informations mais qu’est ce que les gens sont méchants… oui je me suis fait avoir comme une débutante, et vous savez pourquoi ? Parce que je le suis. Il faut bien démarrer quelque part, alors pourquoi, quand on a plus d’expérience, on oublie tout ça et on dénigre ceux qui font des erreurs ?

Aujourd’hui, j’ai décidé de retourner en Thailande. Je décolle en octobre, je vais passer 2 mois entre la Thailande et le Laos, seule avec mon sac à dos. Je compte bien me faire une meilleure image de ce pays et apprendre beaucoup sur le voyage en backpack. Cette fois, je préparerai mieux et ça sera mieux parce qu’il faut bien démarrer, pour apprendre de ses erreurs et progresser.

-9Jours -9Heures -54Minutes -38Secondes

Pour vous, c’est quoi la définition d’un backpacker ?